Installation de deux réseaux pour la surveillance des habitats marins à l’Ile de Rachegoune

Installation de deux réseaux pour la surveillance des habitats marins à l’Ile de Rachegoune

Par Impact24

ORAN- Deux réseaux pour la surveillance des habitats marins ont été installés à  l’Ile de Rachegoune, située à 8 kilomètres du port de pêche de Béni-Saf (Ain Temouchent), a-t-on  appris auprès de l’expert en biologie marine qui a participé à ce projet, Mouloud Benabdi,  Il s’agit de réseaux qui visent à surveiller l’évolution de deux espèces végétales marines,  l’herbier de Posidonie et coralligène, considérés comme des habitats clés dans cette île, a-t-il  indiqué ajoutant que cette action s’intègre dans le cadre de la mise en oeuvre des Plans d’actions  pour la conservation des habitats, initié par le ministère des Ressources en Eau et de  l’Environnement.

Ces systèmes de surveillance, réalisés dans le cadre d’un projet du ministère en partenariat avec  l’établissement d’Aires Spécialement Protégées d’Importance Méditerranéenne (ASPIM), intitulé « Ile de Rachegoune Cartographie des habitats marins clés de Méditerranée et initiation de réseaux de  surveillance », ont également pour mission de définir d’éventuelles menaces auxquelles ils sont  exposés, pour mieux anticiper les interventions, a-t-il ajouté.

Un état zéro de l’herbier de Posidonie et du coralligène a été établi par une équipe de  scientifiques et remis aux initiateurs du projet, pour notamment poursuivre la surveillance une fois  l’Ile classée, a-t-il encore fait savoir .

Le classement de l’Ile n’est pour l’instant qu’un projet, a noté M. Benabdi ajoutant que plusieurs  menaces pèsent sur ce site riche en biodiversité et très fragile, notamment la pollution et la  surexploitation de ses ressources halieutiques.

En plus d’être un site d’une biodiversité remarquable, l’île de Rachegoune, appelée aussi « Ras  Achegoun » ou encore « Layella » a une grande valeur historique constituant autrefois un lieu de transit et de séjour pour les commerçants phéniciens. Des ruines et pièces de monnaie trouvées sur  les berges de la Tafna et sur l’île de Rachegoune témoignent également de la présence romaine sur les lieux. Des fouilles archéologiques ont prouvé l’existence d’une installation punique, a-t-on  souligné. .

Source APS