« Algérie – France » OU EN SOMMES NOUS ? (II)

« Algérie - France » OU EN SOMMES NOUS ?

Par Chabane Nouredinne

DEUXIEME PARTIE

L’Algérie indépendante n’ayant pas perçu à temps les retombés de la guerre d’Algérie, elle n’a pas su, pu ou voulu utiliser officiellement ce créneau qu’est la diaspora française d’origine Algérienne. C’est donc par leurs propres initiatives que ces Français s’identifient à leur pays d’origine. Et nous voyons de plus en plus de jeunes « Français musulmans » s’inspirer du combat de libération algérien, Djihad aussi, et devenir des terroristes, allant jusqu’à faire du mal à leur propre mère, et tuant leurs propres frères, là aussi.

Ce qui confirme, le désir de beaucoup de Français, ceux-là même qui ont continué à étudier et à chercher toutes les possibilités qui tôt ou tard permettraient à la France de réinjecter dans leur pays d’origine, ces victimes du déracinement, conséquence de la guerre d’Algérie.

La France a une dette, une lourde dette vis-à-vis des millions d’êtres humains « auxquels elle avait promis le bien, et qui n’ont en récolté que le mal ». C’est un véritable mal-être, que d’être victime des défenseurs des droits de l’homme. C’est pour ainsi dire, votre défenseur qui vous bat injustement. C’est madame la justice elle-même qui vous battrait à tort. Et c’est cette plaie que seule peuvent soigner, guérir et cicatriser, la compréhension et le respect. J’entends par compréhension, la reconnaissance du mal exprimée par celui qui l’a commis. C’est ainsi que se développerait le respect par la mise en application du slogan «Liberté, Egalité, Fraternité» vis-à-vis de tous.

Dans l’état actuel des choses, la principale préoccupation d’une certaine France, pourrait être de vouloir réintégrer dans leur pays d’origine, ces Français Musulmans, et principalement les Français d’origine algérienne, dont la partie intégriste est plus agissante que les autres. La réintégration des Français musulmans, dans leurs pays d’origine ne peut pas se faire en créant la guerre dans la région. Cela ne peut se faire que par le biais économique ; après, le reste viendra tout seul.

Rappelons-nous qui a dirigé les débats et orienté les décisions et qui a médiatisé les événements nouveaux en Algérie depuis l’ouverture de l’Algérie à l’économie de marché et aux investissements étrangers ?

IL est encore des esprits malveillants, qui voudraient de nouveaux événements en Algérie pour faire oublier leurs anciens méfaits ; une nouvelle guerre peut faire oublier  la sale guerre d’Algérie ; et pour cela, il y’a autant de fans dans chacun des deux pays. Et certains malins croient que dans le désordre d’une guerre ils pourront réintégrer ou réinstaller, ou réinjecter en Afrique du Nord, ceux qui dérangent en France. C’est faux et ceux qui croient cela possible se mettent le doigt dans l’œil jusqu’au coude.

Ceux, parmi les Algériens devenus étrangers, qui seront injectés en Algérie par la force, et/ou la malice, seront considérés comme des malfaisants et seront combattus tels des occupants, dont on veut peupler à nouveau l’Algérie.

Et il ne faut pas oublier aussi que l’occupation de l’Algérie s’est faite sous le faux prétexte de libérer les Algériens du pouvoir des Turcs. Mais même si l’ordre d’occuper l’Algérie, le fut à cause du coup d’éventail et du crime de lèse-majesté, la raison même du conflit entre la régence d’Alger et le Roi de France avait en réalité un mobile économique : en effet, la France affamée par la guerre d’Angleterre, obtint les blés Algériens grâce aux frères Bouchnaki, qui ont détourné le blé d’Alger vers la France, pour alimenter les soldats français assiégés par les anglais. Et ce pendant que les comptoirs d’Algérie n’avais plus de blés à vendre aux autochtones qui crevaient de faim dans leurs villages.

C’est un problème de pure stratégie économique qui a suscité l’occupation de l’Algérie. La situation géostratégique et le nouvel ordre mondial qui s’installe actuellement, laisse apparaître l’Algérie telle une régence; à la seule différence que la régence, si régence se peut, est une régence Algérienne. Et l’Etat Algérien qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas, possède une longue expérience en matière de terrorisme puisqu’il l’a pratiqué de 1954 à 1962. Il en a plus encore en matière de lutte Anti-terrorisme puisqu’il la mène contre la barbarie intégriste depuis les années 1990….  L’Etat Algérien a récupéré les milliers de terroristes qui le combattaient et qui, s’étant repentis, étaient redevenus des citoyens au service de leur pays, qu’ils défendront avec force expérience. Malheur à l’étranger qui voudra entrer en Algérie par la force. L’Etat Algérien nanti de son expérience du terrorisme est de l’anti terrorisme, est une force que le monde Européen en général ne doit pas négliger dans la guerre qu’il mène, actuellement, contre le terrorisme. Car l’Algérie est l’alliée du juste contre l’injuste.

Cependant, la situation économique que vit la France l’oblige comme toujours à regarder vers la possibilité qu’offre cette région et qu’elle convoite, comme tous les pays en ce début de siècle où les peuples affamés se mangent entre eux. En effet chaque gouvernement a l’obligation et le devoir de défendre, avant tout, les intérêts de ceux qui l’ont élu ou désigné à la direction  de leur pays. C’est pourquoi, je considère avec beaucoup de respect, les initiatives françaises, de la frange dirigeante, qui tendent à résorber et à régler les problèmes de leurs concitoyens et aussi la maîtrise avec laquelle ils élaborent et défendent des plans et stratagèmes tendant à préserver la paix sociale dans leur pays.

Mais je condamne les méfaits criminels et scandaleux qui consistent à détruire un pays, rien que pour faire dire qu’à l’époque coloniale, c’était mieux.

Et c’est aussi cette paix sociale qui a été salvatrice en Algérie et qui par voie de conséquence s’est répercutée aux Français musulmans algériens puisque ce sont eux qui véhiculent la revendication, voire même l’exigence, le besoin de vivre heureux et libres sur leur terre natale: la France. Et cette France d’aujourd’hui ressemble à une femme qui, ayant épousé des hommes successifs, se retrouve avec une famille dont les membres ne sont frères que par elle, leur dénominateur commun ; leurs pères étant tous différents. C’est à l’exemple de cette cellule familiale que l’on peut interpréter ce que le concept historique d’Algéro-Français a donné à cette région méditerranéenne. Cette même région dans laquelle se sont relayés les hommes dans la marche de l’humanité et au sein de laquelle se sont côtoyées toutes les religions sans que jamais soient cultivés des conflits qui puissent mener jusqu’à ce que les gens s’entretuent pour imposer leur vue, leur foi et leur croyance aux autres. Le croyant qui ne respecte pas la religion de l’autre, n’est pas un vrai croyant. Et nul ne peut régler un problème en en créant un autre, plus grave encore.

Et nous voyons l’islam rayonner à travers l’univers ; c’est l’une des religions qui a le plus d’adeptes à travers le monde ; c’est la religion qui continue d’avancer alors qu’on constate, un arrêt, un blocage, une inertie des autres religions. Un bon musulman va continuer à croire en le livre saint tel que le prescrit le Coran ; et c’est pour cette raison même que le Musulman, le vrai, restera celui qui peut entrer dans une église, une synagogue, une cathédrale ou une mosquée, et y faire la prière, sans complexe, sans honte et surtout en ayant le même amour et le même respect des autres religions qu’il en a pour la sienne, l’Islam.

L’intérêt du mouvement religieux est intéressant et très important lorsqu’il abonde dans le sens de la modernité. Mais cette autre expression de l’Islam qu’est sa version intégriste, est d’une grande dangerosité, lorsque celle-ci devient une arme entre les mains de fanatiques, qu’ils soient religieux ou irréligieux.  En effet, même des athées se servent d’un soi-disant Islam pour essayer de détruire l’Islam.

A SUIVRE 

C.N